LE JARDIN DE MEMOIRE : Nathalie Batisse, jardinière ethnobotaniste

Petite visite en photo

WWW. chateau-des-martinanches.com





Le jardin à la française

 


L'allée centrale, dans l'alignement du pont et de la façade, une vasque ponctue la perspective.



L'architecture de ce petit jardin a été soignée : la perspective a été accélérée par une dissymétrie. Les massifs de rosiers du premier plan sont plus longs que ceux du deuxième plan. Une allée de rosiers lianes et rosiers grimpants longe le mur du fond.



Au fond de l'image un massif en "châpeau de gendarme" adoucit la structure.
Le plan remarquable de ce petit jardin mérite notre attention, nous essayons actuellement de trouver le financement nécessaire à la restauration des gazons, qui assurerait une meilleure visibilité de cette architecture travaillée !




La cour d'honneur
"aux pivoines"

La cour d'honneur, depuis le parc : la meilleure vue sur le miroir d'eau

 




Depuis la cour d'honneur, on fait face à une allée de hêtres créant une belle perspective



La belle pivoine "Festiva Maxima", obtenue au XIXème siècle, une des beautés de la cour d'honneur.




Le parc

Un chemin dans la futaie permet de faire le tour du château



Un vieux sapin d'Espagne, avec sa fiche du parcours botanique « les arbres des Martinanches ». Des panneaux permettent aux visiteurs d'identifier les arbres.

 

Le sous-bois du parc est éclairé presque toute l'année par une succession de fleurs : ici perce-neige, hellébores et petites pervenches, cyclamens de Naples

 









Le potager

Ce potager clos de 2000 m2
, comportait une « orangerie », des poiriers en palmettes étaient palissés le long des murs ouest, est, et nord. Certains de ces arbres sont encore en vie

On peut voir les reste de la treille qui recouvrait le mur exposé au sud : une treille de style "Thomery", protégée par un débord de toit.




Du côté nord : les vieux pommiers cachent une belle grille en fer forgé qui permet une vue sur le verger situé en contrebas.
Parmi les variétés qui ont pu être identifiées grâce à l'aide bénévole des gens du Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne, et du verger conservatoire de Tours-sur-Meymont, on compte quelques belles variétés nationales, mais aussi des variétés paysannes non encore déterminées. Le patrimoine fruitier paraît  intéressant.


L'allée des tilleuls

 

La voie d'accès au château, bordée par d'impressionnants tilleuls, que l'on retrouve dans le parc et le jardin

Le tilleul creux du jardin




Un aïeul aux formes improbables





Les traces d'un jardin "à l'Anglaise"

Trois énormes arbres, deux séquoïas et un calocèdre témoignent de l'existance d'un jardin à l'anglaise figurant sur le cadastre napoléonien. Ce jardin surplombait un plan d'eau, dont la digue a cédé fin 19ème siècle.



J'espère que ce petit tour des jardins vous aura plu, nous travaillons, mais la tâche est énorme !
Seuls le jardin à la française et le parc sont ouverts au public. Néanmoins, nous avons le souci de garder une vision d'ensemble du patrimoine à préserver.
Vous pouvez aider l'association "les Amis des Martinanches" à financer cette conservation.







18/08/2006
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres