LE JARDIN DE MEMOIRE : Nathalie Batisse, jardinière ethnobotaniste

Les ateliers de fleurissement Éco citoyens


 
 
A la lumière de l'expérience de l'atelier des Paysages en Vallée de l'Ance -voir les articles de cette catégorie-, initiée par le conseil régional, je suis en mesure de proposer une prestation innovante et valorisante pour la collectivité, le territoire et les habitants.

 

Qu'est-ce que c'est ?

  

Il s'agit de fleurir un espace public -communal, sectionnal- avec les habitants, en ajoutant à cet espace une dimension conservatoire de la biodiversité jardinée.

La convivialité est primordiale, elle permet d'échanger, d'apprendre, d'éduquer.

 

 

 

Comment ça se passe ?

 

L'important est que les habitants soient intéressés.  Je les rencontre pour expliquer la démarche. Selon les identifications que j'ai pu faire dans les jardins, je leur donne des éléments sur leur flore vernaculaire et sa valeur (qui peut revêtir des aspects génétiques, historiques, culturels). Si la démarche éveille suffisamment d'intérêt, nous décidons des rendez-vous pour l'inventaire et la plantation.

 

 

Phase 1 : repérage et prises de contact

 

Phase 2 : Réunion avec les habitants et prise des décisions : définition du lieu d'intervention, de la date de plantation, des modalités de réunion, des rôles de chacun (multiplication des plants, intendance et organisation du casse croûte). Echanges et sensibilisation à l'écocitoyenneté. Pot amical

 

Phase 3 : plantation et échanges autour d'une table avec suivant le moment : un apéro, un café et des gâteaux, voire un repas

 

 

Combien ça coûte 

 

 3 jours de travail (phase 1 : 1UTH ; phase 2 : 1UTH ; phase 2 : 1UTH ) soit 930 € HT. Ce prix peut être modulé en fonction du temps réellement passé, qui peut diminuer si par exemple, élus ou citoyens prennent en charge une partie de l'intervention.

 

Ceci est à comparer avec l'intervention d'un paysagiste augmentée du coût d'entretien lié au travail des agents communaux. Ici, pas d'achat de plantes et un investissement de l'espace public par les habitants qui le plus souvent entretiennent la plantation.

 

Qu'est-ce qu'on produit ?

 

Une série biens immatériels durables : de la sauvegarde du patrimoine végétal, du paysage, du lien social, de la citoyenneté….  Pour la collectivité il en ressort l'image positive d'un territoire qui soutient à la fois la biodiversité et le lien social.

 

N'hésitez pas à me contacter pour tout renseignement





30/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres