LE JARDIN DE MEMOIRE : Nathalie Batisse, jardinière ethnobotaniste

Comme une malle dans un grenier

Un vieux jardin est un peu comme une malle qu'on ouvre dans un grenier. Partout transparaissent les petits souvenirs laissés par ceux qui ont vécu là.
Aux Martinanches, des siècles d'histoire se côtoient dans les jardins, dans le parc ou aux abords du château :  l'herbe à la goutte ou aux verrues, le bugle, la sanicle, la grande camomille, la petite pervenche, les vieux ifs, l'oxalis, le bouillon blanc, l'aspérule odorante, le chasse-bosse ou la véronique officinale, le chénopode Bon-Henri ou l'onagre bisannuelle,  côtoient les roses et les pivoines. Les fraisiers des quatre-saisons se faufilent dans les massifs du jardin à la française, témoignant du travail d'anciens jardiniers pour le plaisir les enfants d'aujourd'hui. L'aronic, ou herbe aux panthères, qui avait la réputation des protéger des bêtes sauvages, veille toujours sur les habitants du château.
 
Chénopode Bon-Henri

Sanicle d'Europe derrière un forsithia

Fraisier à petit fruit : une fraise des bois "perpétuelle".

Ici comme sur beaucoup de sites historiques, la végétation nous parle, à nous de savoir la respecter et l'écouter.



21/08/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres